C‘est à Malang, deuxième ville de la province de Java oriental, que je continue mon voyage en Indonésie. Riche de son passé colonial et de ses nombreux monuments, elle est surnommée « Paris de Java oriental », et pour cause ! Ses boulevards aussi larges que verdoyants, son climat frais et vivifiant, Brantas – une rivière la parcourant de part en part – ou encore sa cathédrale Notre Dame du Mont Carmel rappellent l’intemporelle capitale française.

Nichant dans une cuvette entourée de montagnes, Malang la douce est la porte d’entrée vers les volcans Bromo ou Kawah Ijen, une bonne alternative à la route de Probolinggo habituellement utilisée. En tant que point de passage, cette ville reste plutôt boudée des touristes, bien qu’elle offre une myriade d’activité de tous genres. Mais ça, même moi je ne le savais pas.

Sommaire de l’article

Carte de Malang

Le tourisme à Malang et Batu

Entre deux nids de poule, j’arpente les tréfonds de couchsurfing.com à la recherche d’hôtes pour la nuit. Je tente ma chance avec Deasy. Elle ne pourra pas m’héberger, mais propose de me prendre deux nuits dans un hôtel, et de m’organiser un tour pour découvrir Malang et ses alentours. Trouvant l’affaire louche, j’accepte sans une once d’hésitation. En fait, il s’avérera que Deasy travaille pour la ville de Batu (située à 30 minutes en voiture de Malang), afin de promouvoir et développer le tourisme en Java Oriental. Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, ce qui était sensé être une nuit-étape avant de rejoindre Yogyakarta se transformera en un séjour tous frais payés.
Je débarque à la station de bus de Malang sous une pluie diluvienne. L’hôtel que m’a réservé Deasy est à deux pas, mais j’y arrive trempé jusqu’à l’os. On m’amène à une chambre qui ressemble plus à une suite qu’autre chose, puis je fais la rencontre de Deasy après une bonne douche (chaude, ce qui ne m’était pas arrivé depuis une dizaine de jours). Le rendez-vous du lendemain est fixé à 8h.

Faire du parapente à Malang

Deasy arrive à 9h, puis nous filons vers Batu, en jeep. Nous nous enfonçons vers les montagnes, passons au milieu de vergers (et oui, la région de Malang est très réputée pour ses pommes) et de plantations de thé. Puis Deasy me glisse à l’oreille « Have you already flight ?« . Je finis par comprendre quand nous posons la jeep sur le parking d’un spot de… Parapente ! Je suis scotché-excité-apeuré.
Nous attendons quelques dizaines de minutes que le vent se calme un peu, puis c’est le grand saut. La peur laisse place à l’émerveillement, je découvre des sensations que je n’avais encore jamais éprouvé. Cette sensation de liberté est tout bonnement géniale, ces quelques minutes de vol m’ont suffit pour susciter l’envie d’apprendre à en faire en solitaire.

S’ensuit la visite d’une ferme aux allures gargantuesques. Je suis scié par la biodiversité que j’y trouve : menthe, betteraves, fenouil, basilic, goyave, pommes, radis, fraises… Je repars après une séance photo et interview avec le patron de la ferme, les bras chargés de goyaves. Après cette séance de dégustation, Deasy veut me montrer une cascade. Ce fut un échec : par excès de zèle le chauffeur de la jeep s’est emballé et a réussi à la noyer.

Peu importe, nous partons reprendre des forces dans un warung, qui n’a strictement rien à voir avec les petits warung rustiques dans lesquels j’ai l’habitude d’aller. Le plat servi déborde de victuailles de tout genre : poissons, légumes, riz, sauces… Je finis avec la peau du ventre bien tendue, puis m’accorde un petit repos tout en regardant les jeunes enfants donnant des granules aux poissons.

Avant de repartir pour Malang, nous repassons sur le lieu de travail de Deasy, qui est en fait Balaikota Among Tani : la mairie de Batu ! Je découvre une bâtisse colossale, et me fais offrir un teeshirt, et du vin de pomme. C’est très proche du cidre, mais sans les bulles, et plus fort en alcool d’après mes papilles. Il faut savoir que la région de Malang est entre autre réputée pour sa production de pomme. Et cet alcool de pomme (Islam oblige), est un des tous premiers alcool local. Nous avons beaucoup discuté avec Deasy du packaging, de l’export de ce produit, et honnêtement, je pense que ça a de l’avenir ! Pour finir la journée, Deasy m’emmène dans un salon de massage. Quatre-vingt-dix minutes de pure horreur, euh, bonheur. Je m’en retourne complètement ensuqué passer une deuxième nuit. Le parfum de la fin se fait sentir, car le lendemain, je pars pour Yogyakarta, l’ultime étape de mon périple indonésien.

Conseils pratiques sur Malang

Où dormir à Malang ?

  • Same Hotel Malang (365 000 IDR / nuit – douche chaude)
    Hôtel 3 étoiles, qui vaut largement ses 3 étoiles. Ça peut être une bonne coupure si vous dormez dans des endroits rustiques depuis trop longtemps.
    Réserver sur : booking.

Où manger / boire un coup à Malang ?

  • Waroeng Bamboe
    Un Warung de luxe, avec petit plan d’eau rempli de poissons (des carpes si je me souviens bien) qu’il est possible de nourrir, petite fontaine, et petites cages contenant perruches, perroquets, ou encore iguanes. Cet endroit est un petit havre de paix vraiment sympathique (en dehors des animaux en cage), la nourriture y est aussi très bonne.

Que faire à Malang ?

Je rappelle que Deasy s’est occupée des paiements dans leur intégralité, donc je ne peux pas vraiment juger le rapport qualité/prix. À savoir que Deasy a organisé tout ça avec Malang Tours Organizer, qui sont très sympathiques et que vous pouvez contacter sans aucune appréhension si vous voulez explorer Malang et ses alentours (WhatsApp : +62813 3000 0704). Outre le parapente, ils offrent de nombreux tours dans la région de Java Orientale. Dans la ville de Malang, vous avez la possibilité de visiter la grande mosquée ou encore le jardin aux plantes. Vous pouvez aussi visiter le marché aux oiseaux, si vous appréciez regarder des bestioles en cage.
Si vous n’avez pas encore testé le massage indonésien, faîtes un tour à Samurai Health Reflexology. Préparez-vous à souffrir pendant à peu près 45 minutes sur les 90 de massage prévues (si vous prenez la même option intégrale que moi). Sinon, ces 45 minutes passées, ce n’est que pur bonheur, légèreté et volupté.

Guide des transports pour se rendre à Malang

  • De Lumajang vers Malang :
    Se rendre au terminal « Minak Koncar Lumajang » et prendre son ticket pour Malang. Je n’ai plus le prix exact, mais c’est aux alentours de 30 000 IDR. Le trajet se passe en deux temps, avec un changement de bus à la station « Pasar Pronojiwo » à Gunungsriti. Puis le bus vous déposera tranquillement dans la station « Gadang », une station située au sud de Malang, un peu excentrée. Pour rejoindre le centre, il vous faudra prendre un petit minibus. Il y en a un peu partout à n’importe quelle heure de la journée, ça coûte dans les 5000 IDR.

6 Commentaires

    • Je t’avoue que c’était l’un de mes rêves, de voler… à tel point que j’ai envie de passer le permis pour en faire en solitaire ! 🙂

    • Je te jalouse beaucoup ! Tu vas la faire dans quel coin de la France (si tu la passes bien en France) ?
      Cela fait aussi partie de mes projets… j’attends de renflouer un peu les caisses haha 😛

  1. Trop génial ton récit ! Un beau coup de chance ! Est ce que par hasard tu aurai un contact pour le parapente ? Nous comptons justement faire notre premier vol mais difficile de trouver un bon contact depuis la France… merci à toi

    • Bonjour Nicolas, et merci !
      J’ai bien le contact de l’agence avec qui j’ai fait ce petit vol : WhatsApp : +62813 3000 0704
      Ou sinon tu peux les trouver sur instagram : @malang_tours_organizer

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire !
Entrer votre nom ici